les pinceaux dans la colle

01 février 2017

IMG_05771

IMG_06001

IMG_06051

l'oubli1

pot pourri

IMG_05971

Sans titre - 41

Posté par borisperrin à 22:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 novembre 2016

cowboy

IMG_0373

IMG_0376

IMG_0378

IMG_0407

pot pourri

Posté par borisperrin à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2016

IMG_0362

IMG_0364

IMG_0368

Posté par borisperrin à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2016

Etude d'après Erwin Olaf

20161022study

Posté par borisperrin à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2016

Petits intérieurs

endormie

études

petit matin

Nostalgie

Posté par borisperrin à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 octobre 2016

Carnet de croquis

 

croquis

Posté par borisperrin à 19:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

hommage à Georges de la Tour

petit clair obscur

Posté par borisperrin à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

WIP

lumière intérieure

Acrylique sur papier tendu

Posté par borisperrin à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2016

Le vent dans les feuilles

2016 09 figure réduit

Acrylique sur toile

Posté par borisperrin à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mémoirs et Traces

IMG_0187

 Dans la lumière crue, un vieil homme assis, se plonge dans ses pensées.

close up

D'abord il se rappelle la vieille maison.

Sa façade décrépie gardait des traces de son riche passé,

Mais les rires et les larmes avaient depuis longtemps laissé la place au silence.

IMG_0184

Lui revient ensuite la Grande Ecole dans laquelle élève, puis enseignant il avait passé toutes ces années:

Elle s'ouvrait sur un vaste jardin.

En son centre un bassin reflaitait les saisons pour égayer les murs gris de l'austère bâtiment.

IMG_9087

Il se souvient aussi de la longue barre dans laquelle il avait grandi:

Pour tout horizon un enchevêtrement de rues verticales, labyrinthe sans repère où l'on étouffait.

IMG_9092

Ses souvenirs le portent alors vers le terrain vague:

Vaste friche derrière la cité où il aimait flâner.

Ce paysage s'était peu à peu transformé en marécage dans lequel les vieux ateliers, tels des vaisseaux fatigués, sombraient progressivement.

2016 09 marécages réduits

Mais toujours le temps se plaît à faire disparaitre les objets du passé pour redessiner le présent .

La ville champignon ne cesse de s'étendre.

Même la hauteur ne permet plus d'en apréhender ses dimensions.

2016 08 bélvédaire réduit

Enfin même les villes meurent.

Ne restent alors que les ruines, ultimes traces de leur histoire mouvementée.

Face au temps pas de résilience, tout a une fin.

Et quand viendra celle du vieille homme la lumière crue aura laissé la place à la longue nuit.

ruines

Posté par borisperrin à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]